Élève stagiaire administrateur(trice) des affaires maritimes – art. 6-1 (ESAAM 6-1 concours interne et externe)

publié le 31 janvier 2019 (modifié le 22 février 2024)

Concours administrateurs des affaires maritimes

Présentation générale du concours

Concours : 2024-AAM61-60
Voie d’accès : concours externe
Session : 2024
Catégorie/Grade :A+
Diplôme requis ou équivalent : à partir de BAC +3
Conditions d’âge : oui

Calendrier-2024-AAM61-60
Ouverture des télé-inscriptions (à 12 heures, heure de Paris) lundi 11 décembre 2023
Clôture des télé-inscriptions (à 23 heures 59, heure de Paris) vendredi 9 février 2024
Certificat médical [[uniquement en cas de demande d’aménagement d’épreuve(s)] Cf. Présentation du concours
Écrits lundi 25 mars 2024
Résultats admissibilité (à compter du…) mardi 21 mai 2024
Épreuves sportives vendredi 14 juin 2024
Oraux lundi 17 juin 2024
Résultats d’admission (à compter du…) jeudi 4 juillet 2024

Inscriptions

Textes de références

Se préparer aux concours

2023

2022

2021

2020

2019

2018

2017

Résultats

Résultats d’admission

Contact

Formulaire de saisine de l’unité en charge du recrutement par concours.

Contacter ou saisir l'administration

Lire les conditions générales

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Veuillez respecter le format de l'email (jean.martin@example.com)

 

Fonctions

Le corps des administrateurs des affaires maritimes constitue un corps d’officiers de carrière de la Marine nationale administré et géré par le ministère chargé de la mer. Il comporte 358 officiers au 1er janvier 2019.

Les administrateurs des affaires maritimes ont vocation à assurer, en métropole et outre-mer, la direction des services de l’administration territoriale de l’État chargés de la mer et du littoral (en métropole : directions interrégionales de la mer, directions départementales des territoires et de la mer/délégations à la mer et au littoral, outre-mer : directions de la mer, services d’État des affaires maritimes), des organismes qui en dépendent (centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage, centres de sécurité des navires, etc.) et, au sein de l’École nationale supérieure maritime (ENSM), qui forme les officiers de la marine marchande, assurer l’enseignement et la recherche ou la direction des centres.

Les administrateurs des affaires maritimes participent, au sein des instances nationales, internationales (Organisation maritime internationale – OMI notamment) et communautaires (Commission européenne, agences européennes de sécurité maritime, de contrôle des pêches, de contrôle des frontières), à la conception, à l’élaboration et à la mise en œuvre des politiques publiques maritimes et, en particulier, celles relatives :

1. A la sûreté et à la sécurité des activités maritimes (application de la réglementation de la sécurité des navires et de la navigation maritime, de la sûreté des navires civils), notamment dans le cadre de l’action de l’État en mer,

2. Au développement durable des ressources marines (régulation de l’activité de pêche : délivrance des autorisations de pêche, réglementation et police des pêches, concessions de cultures marines), des communications et des espaces maritimes et littoraux (mise en œuvre des politiques de gestion du domaine public maritime),

3. à l’enseignement, à la formation (délivrance des brevets des marins professionnels), à la protection (ENIM : régime spécial de sécurité sociale et de retraite des marins) et à la promotion sociales dans les secteurs professionnels concernés,

4. à la définition des politiques d’aménagement et de gestion à long terme des espaces marins (énergies marines renouvelables, aires marines protégées, stratégie nationale pour la mer et le littoral).

Au niveau départemental, ils sont, dans leurs circonscriptions territoriales, les représentants des préfets maritimes et y représentent la Marine nationale.

Ils peuvent être affectés dans les services ou organismes (ex : agence française de la biodiversité) relevant du ministre chargé de la mer ou auprès de tout organisme mentionné au 2° de l’article L. 4138-2 du code de la défense (ex : préfectures de région, Union européenne et ses agences, Organisation maritime internationale).

Ils ont vocation, lorsqu’ils ont atteint le grade d’administrateur général, à exercer des missions d’inspection et d’évaluation des politiques publiques.

Carrière

A la sortie de l’École d’administration des affaires maritimes, les grades s’échelonnent entre administrateur de 1ère classe (équivalent lieutenant de vaisseau) et administrateur général hors classe (équivalent vice-amiral d’escadre). Le déroulement de la carrière suppose d’accepter les mobilités fonctionnelles et géographiques (en moyenne 3 à 5 ans).

Les postes à la sortie de l’EAAM sont principalement en services déconcentrés et notamment dans les Délégations à la mer et au littoral des Directions départementales des territoires et de la mer (DDTM) en métropole ou les directions de la mer dans les DOM (ex : chef d’unité chargé des questions de contrôle des activités nautiques ou de pêche) ou en CROSS (officier coordonnateur de missions de sauvetage et chef de service) et parfois en administration centrale (direction des affaires maritimes et direction des pêches maritimes et de l’aquaculture).

Les AAM disposant d’une formation initiale technique ou maritime peuvent également occuper des fonctions d’inspecteur de la sécurité des navires ou d’enseignant à l’ENSM ; la formation à l’EAAM est alors dispensée à cet effet.

Pour les agents publics, civils ou militaires, recrutés dans le corps des AAM, les conditions de reprise d’ancienneté sont fixées par le 3 de l’article 18 du décret du 28 décembre 2012 modifié.

Des informations complémentaires sur la scolarité et la carrière peuvent être obtenues sur le site internet de l’école : www.ecole-affaires-maritimes.fr et sur celui de l’inspection générale des affaires maritimes : www.igam.developpement-durable.gouv.fr (onglet administrateur des affaires maritimes)